Quelle est la positions de l’Église Catholique de France envers l’homosexualité. Entretien avec Michael Clifton (David et Jonathan)

Propos recueillis par Silvia Lanzi (Projet Jonathan, Italie)
.

Michael Clifton est membre de David & Jonathan, l’association française des LGBT chrétiens; il est également membre du comité d’organisation du colloque “Les Chemins de l’Amour” qui aura lieu à Rome le 3 octobre. J’ai pris contact avec Michael pour lui poser quelques questions. Voici ses réponses.

.
Quelle est la positions de l’Église Catholique de France envers l’homosexualité, étant donné la tradition séculaire de laïcité et de gallicanisme?

Il ne reste guère plus de gallicanisme en France aujourd’hui, sauf peut-être chez quelques traditionalistes et royalistes. Les théologiens français ont fait une grande contribution au Concile Vatican II et cela a fait que l’église française est actuellement dans le courant principal du catholicisme. La laïcité est encore très forte en France et toute expression publique de la foi chrétienne est vue avec méfiance par les médias, surtout à gauche.
L’Église Catholique en France est assez ambigüe envers l’homosexualité, tout comme le Catéchisme de l’Église Catholique. D’un côté, elle est pour le “respect” des homosexuels et contre toute “discrimination injuste”, de l’autre l’homosexualité est présentée comme “contraire à la Loi naturelle” et “ne fait pas partie du plan de Dieu”.
Lorsque le PACS a été introduit en 1999, la réaction catholique a été plutôt hystérique, avec des manifestants qui scandaient dans la rue “Les pédés au bûcher!” L’année dernière (2013) quand le gouvernement actuel a introduit une loi qui permet le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe, il y a de nouveau eu des manifestations énormes, parfois violentes.
L’Église a affrété des trains spéciaux et des bus pour transporter les manifestants à Paris et dans les églises on a demandé aux fidèles de prier pour les manifestants. Mais officiellement aucun membre de la hiérarchie n’a participé à ces manifestations: avant la manifestation quelques uns sont juste allés féliciter et encourager les manifestants.
Les archevêques de Paris et de Lyon ont fait des déclarations publiques assez virulentes, en comparant, par exemple, l’homosexualité à la zoophilie. Depuis que la loi a été votée, le climat s’est apaisé et il y a des rumeurs qui circulent selon lesquels un grand nombre d’évêques regretteraient le langage excessif de l’année dernière.
Tout de même, l’évêque de Bayonne est allé il y a quelques mois en Russie pour féliciter Poutine pour sa persécution énergique des homosexuels. D’un autre côté, deux ou trois évêques ont fait des tentatives remarquées pour lier le dialogue avec des groupes d’homosexuels et il y a également quelques contacts avec des théologiens influents.

.
En plus de David & Jonathan, y a-t-il d’autres groupes de chrétiens LGBT en France? Depuis combien de temps opèrent-ils?

David & Jonathan, fondé en 1972, est le mouvement chrétien homosexuel le plus ancien de France. Il est œcuménique et n’a aucun lien officiel avec une Église particulière. D’ailleurs approximativement 30% de ses membres se disent non chrétiens. David & Jonathan adopte souvent des positions publiques en faveur des droits des LGBT: ils se sont déclarés favorables à la nouvelle loi sur le mariage.
En 1984 le groupe Devenir Un En Christ (DUEC) a été fondé dans le but de convaincre les homosexuels a vivre selon les règles de l’Église Catholique: c’est-à-dire, dans l’abstinence sexuelle.
Ce groupe est actuellement reconnu comme un mouvement officiel de l’Église Catholique. En privé, ils n’insistent plus sur l’abstinence et vont jusqu’à encourager la formation de couples stables. Mais en public ils adhèrent toujours à la ligne officielle de l’Église et insistent sur l’obéissance envers la hiérarchie: de cette façon, ils ne prennent jamais de position publique sur une question de société.
Plus récemment un groupe de Protestants a fondé le Carrefour des Chrétiens Inclusifs. Ils organisent une retraite annuelle. En tant que groupe “inclusif”, il est ouvert à tous les chrétiens, pas uniquement les homosexuels, mais aussi les hétérosexuels qui ont de la sympathie pour les LGBT et leurs problèmes; il reçoit également une proportion assez élevée de transsexuels. Comme DUEC, leur but est plus spirituel que politique, mais à cause de sa tonalité protestante, seuls les catholiques libéraux fréquentent ce groupe.
Un autre groupe catholique est la Communion Béthanie, fondée en 2004 pour apporter une aide spirituelle aux LGBT. Il est également reconnu comme un mouvement officiel de l’Église catholique. Il permet de mener une vie spirituelle plus intense en devenant membre d’un cercle de prière, un peu comme les laïcs dominicains ou franciscains. Les membres peuvent faire un voeu de Charité! Deux retraites sont organisées par an dans différents monastères.
Un mouvement local a été fondé à Nantes, Réflexion et Partage. Son but au départ était d’aider les parents d’enfants LGBT, mais il accueille aussi les LGBT. Ce groupe entretient de très bonnes relations avec la hiérarchie catholique. Le fondateur du groupe Claude Besson a écrit un livre “Homosexuels Catholiques: sortir de l’impasse” (2012) qui a eu beaucoup de succès. Ce groupe est moins timide que DUEC dans ses relations avec la hiérarchie.

.
Y a-t-il en France une pastorale spécifique pour les personnes LGBT?

L’Église catholique considère que les mouvements comme DUEC et la Communion Béthanie offrent déjà assez d’aide pastorale aux LGBT. Quelques monastères sont plutôt “gay friendly” et offrent une aide spirituelle aux LGBT sans insister sur les préceptes moraux officiels de l’Église. Dans les Églises Protestantes “historiques” (réformée et luthérienne), de nombreux pasteurs accueillent ouvertement les LGBT. Les Églises évangéliques, par contre, sont plutôt favorables à la “guérison” de l’homosexualité.

.
Quelle est la situation dans d’autres Églises chrétiennes?

Comme je l’ai déjà dit, il y a une grande différence entre les Églises Protestantes “historiques” et les évangéliques. La Fédération Protestante de France est le représentant légal de l’ensemble des Églises Protestantes et ainsi couvre toutes les tendances. Elle s’est opposée au mariage civil pour les personnes de même sexe, sur une position très proche de celle de l’Église catholique.
Dans l’Église Protestante Unie de France (luthérienne et réformée), il y a eu récemment des discussions sur la possibilité de bénédictions officielles pour les couples mariés de même sexe. Ce serait un grand pas en avant, car dans les églises Protestantes, il n’y a pas de mariage religieux, juste le mariage civil suivi d’une bénédiction. Alors une telle bénédiction pour les LGBT les mettrait sur le même plan que les couples hétérosexuels.

Annunci